Archives par étiquette : exposition

Prochaine expo

 

 

AFFICHE-ENTRELACS-2016

En utilisant des supports d’expression distincts tels que la photographie, la peinture, la gravure, la sculpture ou encore la céramique, le volume, l’installation, lors de cette 27ème exposition du groupe ENTRELACS, 27 artistes de sensibilité différente donneront corps à leurs idées plastiques.
Cette année le thème de l’exposition est « Rébellion des détails ».

Lors de cet été 2016, les artistes du groupe ENTRELACS innovent et offrent :

– un « parcours enfants » labellisé
– un après-midi dans l’atelier de l’artiste de votre choix par tirage au sort tous les samedis à 18h.
– des rencontres avec des artistes tous les samedis et dimanches après-midi.

Du 13 juillet au 13 août 2016 à la galerie d’art de l’Espace Tilleul, place du tilleul à Gérardmer

Entrée libre.

Ouvert tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 19h30.

Renseignements, contact :

entrelacs.88@gmail.com

 

 

 

 

 

 

L’Atelier parallèle

 

 

 

 
P1040233

 au hasard de la paisible « cité sarde » , ……….. rencontre fortuite ………..(sans table de dissection)

Dans le cadre du Musée de Carouge, l’exposition L’atelier parallèle Collectif Le Gac-Jean Pleinemer a été conçue en étroite collaboration avec le MAMCO de Genève.

Jean le Gac artiste français né en 1936 mène un travail depuis la fin des années 60 en marge des catégories habituellement admises .

Dernièrement, il constitue un mystérieux collectif  projetant la promotion d’un artiste tombé dans les limbes de l’oubli après avoir vécu dans une paisible maison de Carouge devenue Musée. Le collectif Le Gac -Jean Pleinemer révèle cette demeure d’artiste peintre  dont le  processus artistique se déroule comme une autofiction littéraire.

Peintures photographies et textes questionnent et brouillent les pistes  dans les différentes pièces de la demeure_atelier .Un atelier en parallèle de celui que Jean le Gac avait installé dans son appartement parisien désormais  transformé en « musée Jean le Gac ».

Gravitation autour de la figure mythique du peintre, , le doute s’installe : auteur ou personnage ?   énigme suspendue……, le peintre et son double , le peintre est son double …
 

Carouge, 29 Mai 2015

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Parcours de forme simple

 
 
 
In extremis, l’exposition  jouera les prolongations jusqu’au 5 janvier. Parcours de forme simple voire silencieuse au regard du tumulte consumériste de la ville au loin à l’approche des fêtes.
Une fête de ces formes simplement fascinantes, évanescentes, évasives ….,
 
 
 
« C’est un grand carré dont on ne voit pas les angles; un grand vase qui semble loin d’être achevé une grande voix dont le son est imperceptible une grande image dont on n’aperçoit point la forme  »
LAO-TSEU, Tao te king. Le livre de la voie et de la vertu .
 
 
…… une exposition poétique qui explore du point de vue de la sensation l’apparition des formes simples dans les mondes de l’art, de la nature et des outils, ce projet est fondé historiquement par un regard analytique sur l’histoire du XXe siècle ……. des événements scientifiques et des découvertes techniques avec la naissance des formes modernes. Elle rapproche des sujets industriels, mécaniques, mathématiques, physiques, biologiques, phénoménologiques ou archéologiques avec des objets d’art et d’architecture, tout en confrontant ceux-ci à leurs ancêtres archaïques et à des objets naturels…….
 
Exposition Formes simples jusqu’au 5 Janvier 2014
Centre Pompidou Metz
Comissaire Jean de Loisy
 
 
IMG_0013
 
IMG_0022
 
resize
 
 
 
 
 
 

Editions Limitées

 
 
Du 5 décembre 2014 au 17 janvier 2015 la Galerie Maeght met à l’honneur la richesse du métier d’éditeur d’art. « Éditions Limitées » : gravures, lithographies, phototypies originales et livres de bibliophilie des plus grands maîtres dialoguent avec les œuvres récentes de jeunes artistes. L’exposition présentera des œuvres rares de Valerio Adami, Jean Bazaine, Georges Braque, Pol Bury, Alexandre Calder, Marc Chagall, Eduardo Chillida, Jean Cortot, François Fiedler, Gérard Gasiorowski, Joan Miró, Jean-Paul Riopelle, Guy de Rougemont, Pierre Tal-Coat, Antoni Tapiès, Raoul Ubac, Manolo Valdès et Bram Van Velde. Leur répondront Enzo Cucchi, Marco Del Re, Luc Doerflinger, Cécile Granier de Cassagnac, Ra’anan Levy, Pierre Roy-Camille et W4.
 
 
 
V Roy-Camille - Bouliki, Lithographie, 2014, 51,5x76 cm

Pierre Roy-Camille, Bouliki, Eau-forte originale, 2014, 51,5 x 76 cm.

 
 
 

duo - Arianna3-1

Arianna d’Enzo Cucchi et Nanni Ballestrini. Depuis 1998, poètes et artistes se rencontrent à travers la collection de bibliophilie « Duos ». Ces ouvrages de poésie, illustrés de lithographies, eaux-fortes ou phototypies originales, sont édités en un nombre limité d’exemplaires. Le dernier de ces livres-objets, Arianna, est le fruit du dialogue entre l’artiste Enzo Cucchi et le poète Nanni Ballestrini

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Collection ABCD/ Bruno Decharme

 
 
 

IMG_2107
Judith Scott, Objets secrets

 
 

IMG_2118
Installation de Hans-Jörg Georgi

 
 
BRUNO DECHARME ART BRUT / COLLECTION ABCD du 18 octobre 2014 au 18 janvier 2015
Paris, La Maison Rouge
 

« Depuis plus de trente ans Bruno Decharme assemble sa collection d’Art Brut. Elle compte aujourd’hui 3 500 pièces, recense 300 artistes du milieu du dix-neuvième siècle à nos jours. Elle réunit des œuvres de nombreux pays, produites dans un cadre asilaire ou dans la solitude des villes et des campagnes, des productions dites médiumniques et des objets populaires qui échappent à la norme des traditions.

Cet ensemble unique prolonge les collections et recherches de précurseurs psychiatres comme Hans Prinzhorn, d’artistes et écrivains comme André Breton, travaux que Jean Dubuffet a théorisé en 1945 sous le concept d’art brut. En déplaçant ces créations vers le champ de l’art, Dubuffet opère un changement de paradigme radical qui invite à modifier notre façon de penser l’art.

En effet, ces artistes créent le plus souvent avec une intention tout autre que celle de produire de l’art : messages à Dieu, accomplissement d’une mission, communication avec des esprits, talismans de protection etc. En proie aux désordres et à toutes sortes de difficultés de la vie, à travers leurs visions, qui peuvent être qualifiées de délirantes, chacun d’entre eux touche une forme de savoir qui fait écho aux questions fondamentales qui nous concernent tous: que veut dire être sur cette terre? Pour autant, ils ne participent à aucune filiation artistique, pour la plupart isolés ils ne se connaissent pas et ne forment donc pas une école idéologique ou stylistique.

La démarche de Bruno Decharme s’inscrit dans le cadre d’un projet global, celui du collectionneur et du cinéaste, mais également celui du fondateur de l’association abcd qui ouvre sa collection au public en 1999. abcd (art brut connaissance & diffusion), animée par Barbara Safarova, est un pôle de recherche, dont le travaux prennent corps à travers des publications, des séminaires, des expositions et la production de films. »
 
Extrait présentation du Musée
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

J’ai deux amours

 
 
 
 
toguo
 
 

 Barthélémy Togo, Road to exile, 2008

Barque en bois, ballots de tissus, bouteilles. 220 x 260 x 135 cm. Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration, CNHI Courtesy Galerie Lelong, Paris © ADAGP, Paris 2011

 
 

chen

 
 

Chen Zhen, Un-interrupted Voice, 1998

Chaises, bois, peau de vache, ficelle, chaînes 98 x 186 x 44 cm. Musée national de l’histoire et des cultures
de l’immigration, CNHI. Photo Bertrand Huet, Courtesy Galleria Continua, San Gimignano/Beijing/Le Moulin © ADAGP, Paris 2011

 
 

visuel_diaporama_573

 
 

visuel de l’exposition « J’ai deux amours »
 
 

L’exposition « J’ai deux amours » présentée au musée de l’histoire de l’immigration en 2012 à Paris, pose la question d’un autre regard sur une nouvelle forme d’immigration : « l’immigration, qu’elle soit temporaire ou perenne n’est plus un passage mais une transformation ».

L’évenement correspond également à une volonté des acteurs de la Cité « de faire entrer l’art contemporain dans ses collections , d’enrichir le regard historique et antropologique du discours des artistes sur l’exil, la notion de frontières ou le questionnement identitaire ». Autant d’oeuvres aux reflets d’identités croisées, nées de la tension d’un état de déracinement dans le prolongement d’ experiences existentielles.

Un guide de la collection d’art contemporain a été publié à cette occasion:

« La Collection d’Art contemporain« ,

Cité nationale de l’histoire de l’immigration-Montag Editions,2011

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Gerhard Richter Tableaux/Séries

 
 
 
Painting / Malerei
Gerhard Richter, Betty, 1988, Huile sur toile, 102 cm x 72 cm, Saint Louis Art Museum © 2014
 
 
 
GERHARD RICHTER 18 MAI – 7 SEPTEMBRE 2014    Fondation Beyeler 
 
 
 
A lire la page d’ Emmanuel Abela rédacteur en chef des magazines Novo et Zut au sujet de l’événement, un bel article ; une belle exposition …
 
 
 
 
 
 
 
 

Flight recorder

 
 
boite noire
 

Une exposition dans ce qu’elle donne à voir laisse également  à dire et meme à re-dire voire à désirer, nommer ou imaginer… chemins multiples et lectures déboussolées donnent sens au travail qu’on laisse en pature….

 
 

ouverture de la boite noire d’une récente trajectoire :

 

Vous utilisez des pinceaux ?

Y’a rien à voir

Votre littoral

Vous n’avez pas changé

Un véritable naufrage

Ne vous résignez jamais!

…vous nous donniez l’impression de n’être que de passage…

dépouillé