Archives par étiquette : espace temps;

Tangible intangible

 

 

 

 

 

 

 

…«Lorsque les désirs d’avenir ou les regrets de souvenir s’éveillent dans une partie quelconque de ce crâne géant, le Globe, – le vent se lève … L’espace est composé d’âmes éparses, en expectative ou bien en irrémédiable exil de la matière, dont la motion diverse inspire branches, voiles et nuées. … Théoriciennes soit du devenir soit du redevenir, ces âmes, passées ou gérondifs, les unes à naître et les autres mortes terrestrement, attisent leur potentialité vers l’ancienne ou future joie de vivre, impersonnel en quête d’une valeur saisissable; alors se ruent des chevauchées s’évertuant parmi les choses où se déchirent et se cassent les os et la peau de leur ambition, gravissant les monts, inondant les vallées dans une vertigineuse impatience d’être.
C’est le vent qui passe.»…

Saint-Pol Roux. Le Mystère du vent

 

 

 

 

 

 

 

L’étoffe précieuse de ton histoire

 

 

 

P1060564 
 IMG_0221

TEXERE,TESSITURA, la trame soyeuse de ton récit

 

 

 

Mots et images,
idées de mots et d’images,
se composent, s’articulent, se dénouent,
molécules vivantes de la vie
réseau mobile de cris, de lueurs,
de nœuds d’énergie
d’un flux continu

Lorand GasparApproche de la parole, Gallimard/collection Blanche, p. 196

 

 

 

 

 

 

 

 

Les bois des cerfs

 
 
 
 
IMG_0140
 
 
 
« Ceux qui aiment ardemment les livres constituent, sans qu’ils le sachent, la seule société secrète exceptionnellement individualisée. La curiosité de tout et une dissociation sans âge les rassemblent sans qu’ils se rencontrent jamais.
Leurs choix ne correspondent pas à ceux des éditeurs, c’est-à-dire du marché. Ni à ceux des professeurs, c’est-à-dire du code. Ni à ceux des historiens, c’est-à-dire du pouvoir.
Ils ne respectent pas le goût des autres. Ils vont se loger plutôt dans les interstices et les replis, la solitude, les oublis, les confins du temps, les mœurs passionnés, les zones d’ombre, les bois des cerfs, les coupe-papier en ivoire.
Ils forment à eux seuls une bibliothèque de vies brèves mais nombreuses. Ils s’entre-lisent dans le silence, à la lueur des chandelles, dans le recoin de leur bibliothèque tandis que la classe des guerriers s’entre-tue avec fracas sur les champs de bataille et que celle des marchands s’entre-dévore en criaillant dans la lumière tombant à plomb sur les places des bourgs ou sur la surface des écrans gris, rectangulaires et fascinants qui se sont substitués à ces places. »
 
Pascal Quignard, Vie secrète, Ed Gallimard , 1998
(Dernier royaume tome 8)