And the winner is

 

 

 

 

 

 

« I can’t play the game no more, I can’t abide
By their stupid rules which get me sick inside.
They’ve been made by men who’ve given up the search,
Whose gods are dead and whose queens are in the church ».

 

 

 

 

 

 

Les flamboyants

 

 

p1070675

p1070674

 
série estivale , in fine …
 « capitale ciselée de 9 pierres précieuses » ,…au retour…
le carnet de route  et dans ses plis  quelques dernières fleurs de flamboyants …

 

 

p1080299

p1080294

p1080297

p1080298

p1080302

p1080305

p1080308

p1080311

p1080304

Les flamboyants
Série de 9 gravures, monotypes, collagraphies, utilisation de vegétaux divers,
réalisées sur Papier Lana 44 cm x 64 cm
 

 

 

 

 

 

 

Ouvrir l’automne à la page des gris

 

 

 

 

 

…de poivre et de cendres, laisse tes silences guider l’esquisse…

Paris, 22 Septembre 2016

 

 

 

 

 

photo-copie

 

Un, parmi (des livres) sur la Place, une place aux rencontres et quelques plages de gris colorés :

Depuis 1998, Annie Mollard-Desfour, linguiste, semiologue au CNRS, ne cesse d’enrichir la série de ses dictionnaires (Le rouge, le Rose, le Blanc, le Noir, le Vert, le Bleu). Elle rassemble et décrypte les origines lexicales de tous les mots, locutions et expressions ayant rapport aux couleurs dans la société occidentale au XXe et XXIe siècles.

Son dernier ouvrage consacré au gris débute sur une magnifique préface de Philippe Claudel, Romancier, cinéaste qui retient du gris « la douceur qu’il procure et qui permet d’estomper, de faire disparaitre du monde et de nos vies, toutes formes tranchantes, qu’elles soient mentales ou physiques. »

la couleur comme un  phénomène particulièrement complexe selon Annie Mollard – Desfour, dans lequel entrent en compte des données non seulement physiques et physiologiques, mais aussi psychologiques et culturelles, la couleur, ce que l’on connait d’elle ,et ses mystères aussi

 

Et les yeux de Veronica …;….. étaient-ils Gris Velasquez ou Gris Renoir ……..?..

 

 

 

 

 

Dernières nouvelles du Un

 

 

P1080241
 

 
« Dernière nouvelles de l’air  » et nouvelle respiration, le « Un » prolonge ses explorations estivales après la mer, le cosmos, et le désert .
De forme atypique, l’hebdomadaire est conçu comme une carte qui se déplie et sans aucun parti pris, le pli peut se prendre rapidement à la découverte de toute nouvelle grande thématique .

Le parcours est ouvert , on convoque le regard du poète, de l’historien, de l’anthropologue ou de l’artiste ,on ponctue par de belles illustrations, autant de points de vues précieux et de tentatives de questionnements , une sorte d’ « espèces d’espaces »,  fragiles , on se rappellerait presque Perec, pour lequel l ’espace était un  doute :

« il me faut sans cesse le marquer, le désigner, il n’est jamais à moi, il ne m’est jamais donné, il faut que j’en fasse la conquête …. »

 

 

Le 1, une nouvelle expérience de presse
Fondé par Éric Fottorino, Laurent Greilsamer, Henry Hermand et Natalie Thiriez, le 1 est un hebdomadaire innovant et atypique, sans publicité. Journal d’idées, rassemblant littérature et expertises, il traite chaque semaine d’un seul sujet. Le 1 se donne pour mission de décrypter l’actualité et de donner à ses lecteurs des outils pour comprendre un monde complexe. Avec 45g de papier et les signatures d’écrivains, de chercheurs et d’artistes, le 1 s’engage à rendre le savoir accessible. (Extrait présentation du journal)