Archives de catégorie : Cartes de navigation

Navigation aérienne

 

 

 

Pierre Alechinsky
New Delhi surplombée, 1981-1982,
encre sur carte de navigation aérienne marouflée sur toile,
prédelle à l’acrylique, 130 x 146 cm,
collection particulière © ADAGP

 

 

 

« Monter à bord d’un pinceau caboteur et reconnaître la silhouette amie, indélébile laissée par le sillage d’encre de Chine sur le bleu lithographié d’une carte de navigation. (…) La couleur est donnée, verticale, qui passe par les jours et entrebâillements du dessin noir. Elle s’était d’abord présentée en vues aériennes avec des bruns et des gris (les montagnes, les ombres), des à-plats verts (telles régions boisées ou herbeuses), des bleus déjà d’yeux profonds (deux lacs côte à côte) ou en dégradé (les bords de mer), ou plus claire encore et finalement blanchâtre ou blanche (les déserts d’eau ou de glace ou de sable), … »

Pierre Alechinsky Encrier de voyage (1988)
 

 

 

 

 

Dernières nouvelles du Un

 

 

P1080241
 

 
« Dernière nouvelles de l’air  » et nouvelle respiration, le « Un » prolonge ses explorations estivales après la mer, le cosmos, et le désert .
De forme atypique, l’hebdomadaire est conçu comme une carte qui se déplie et sans aucun parti pris, le pli peut se prendre rapidement à la découverte de toute nouvelle grande thématique .

Le parcours est ouvert , on convoque le regard du poète, de l’historien, de l’anthropologue ou de l’artiste ,on ponctue par de belles illustrations, autant de points de vues précieux et de tentatives de questionnements , une sorte d’ « espèces d’espaces »,  fragiles , on se rappellerait presque Perec, pour lequel l ’espace était un  doute :

« il me faut sans cesse le marquer, le désigner, il n’est jamais à moi, il ne m’est jamais donné, il faut que j’en fasse la conquête …. »

 

 

Le 1, une nouvelle expérience de presse
Fondé par Éric Fottorino, Laurent Greilsamer, Henry Hermand et Natalie Thiriez, le 1 est un hebdomadaire innovant et atypique, sans publicité. Journal d’idées, rassemblant littérature et expertises, il traite chaque semaine d’un seul sujet. Le 1 se donne pour mission de décrypter l’actualité et de donner à ses lecteurs des outils pour comprendre un monde complexe. Avec 45g de papier et les signatures d’écrivains, de chercheurs et d’artistes, le 1 s’engage à rendre le savoir accessible. (Extrait présentation du journal)

 

 

 

 

 

L’étoffe précieuse de ton histoire

 

 

 

P1060564 
 IMG_0221

TEXERE,TESSITURA, la trame soyeuse de ton récit

 

 

 

Mots et images,
idées de mots et d’images,
se composent, s’articulent, se dénouent,
molécules vivantes de la vie
réseau mobile de cris, de lueurs,
de nœuds d’énergie
d’un flux continu

Lorand GasparApproche de la parole, Gallimard/collection Blanche, p. 196

 

 

 

 

 

 

 

 

D’un autre monde

 
 
 
 
 
 
A Lyon, jusqu’au 29 MAI ….

Le CHRD présente une exposition sur le thème du voyage et de l’exil, en faisant le pari de l’expérience esthétique.
Mêlant les points de vue de 11 artistes contemporains*, l’exposition livre une chronique sensible, parfois métaphorique, de l’un des faits majeurs de ces trente dernières années.

*Taysir Batniji / Bertrand Gaudillère / Karim Kal, Kimsooja / Marie Moreau / Mathieu Pernot/ Maureen Ragoucy / Bruno Serralongue / Barthélémy Toguo / Ad Van Denderen / Patrick Bachmann –

Phénomène constant dans l’histoire de l’humanité, le fait migratoire est toujours lié au contexte économique ou géostratégique.
Pour aborder ce sujet, le CHRD fait le choix de s’intéresser à la représentation qu’en donnent les artistes et photographes contemporains.

Le rêve d’une vie meilleure, pour soi et pour ses proches, est une aspiration partagée par tous. Il accompagne le migrant poussé à l’exil et constitue parfois l’impulsion initiale et décisive qui provoque le départ. Ce rêve d’un autre monde est aussi un puissant moteur pour des artistes devenus les témoins privilégiés de situations individuelles ou collectives qui rendent compte de notre temps.

Le CHRD a choisi au sein de la collection du Musée national de l’histoire de l’immigration les œuvres de sept artistes que viennent compléter d’autres travaux retenus pour leurs qualités plastique et réflexive.

Le projet s’inscrit dans la continuité des expositions Voyages pendulaires et Tchétchènes hors-sol, qui abordaient le thème du départ, subi ou volontaire.
(Extrait présentation CRDH)